Articles

Quelques bonnes pratiques déjà à l’oeuvre sur le territoire…

Mettre en valeur le déjà-là

Au cours des différents échanges avec les participants à l’atelier, nous nous sommes donnés pour règle de procéder à partir de ce que les acteurs du territoire font déjà. Sur quels sujets les acteurs locaux s’investissent-ils pour mieux vivre ensemble dans le périurbain ? Une stratégie est-elle déjà en partie engagée ? Qu’est-ce qui pourrait la conforter ? Quelles que soient les réponses à faire sortir du travail d’atelier, celui-ci ne peut être valablement conduit qu’à partir d’une conviction initiale : une stratégie d’aménagement ne  « s’administre » plus, elle se construit avec ceux qui sont susceptibles de la mettre en œuvre, à leur rythme et selon leurs ambitions.

Pour un benchmark inversé

Le benchmark est habituellement utilisé pour mettre en avant les « bonnes pratiques » ou les « actions innovantes » menées sur d’autres territoires. S’il suscite l’enthousiasme, cet exercice bute souvent sur son atterrissage local et peine à produire des effets. En jouant sur le format des Ateliers du territoire, nous proposons de fonctionner de manière inversée. Il s’agit plutôt d’identifier avec les acteurs les initiatives locales et les projets innovants du territoire qui mériteraient d’être mis en avant dans les séminaires nationaux.

Quelques projets cités pendant les ateliers

La liste présentée ici restitue quelques projets innovants qui ont été cités lors de nos échanges. Elle n’est évidement pas exhaustive mais permet de commencer à donner à voir des projets qui émergent aux quatre coins du territoire caennais.

Thème Actions existantes
Mise en valeur de l’arrière-pays littoral Conférence sur l’agriculture de Maltot
Forum des savoir-faire et des Traditions populaires de Saint Pierre en Auge
Création d’une carte touristique couvrant tout le territoire de Terres de Nacre par l’Office de Tourisme Terres de Nacre et Développement et mise en ligne d’un site internet de promotion touristique de Caen la Mer
Création d’une application mobile de découverte de la Communauté de
Communes Vallée de l’Orne
Le projet Parc des Berges de Bénouville : une halte pensée en complémentarité du projet de la presqu’ile de Caen. L’aménagement d’une prairie fleurie, d’une prairie foot, d’une aire de jeux, d’une butte enherbée, d’un belvédère avec une vue sur le canal, d’une aire de pique-nique et d’une box pour la location et la réparation de vélo.
Parcours de découverte du village et de ses habitants à travers son histoire à Cagny, 19 nouveaux pupitres sur l’ensemble du territoire qui vont être intégrés dans un parcours touristique
Aménagement et valorisation du marais de Chicheboville-Bellengreville
Route du Cidre de Cambremer et ses alentours
Activer les espaces collectifs Jardins familiaux de Thaon, de Clinchamps sur Orne, …

Jardins partagés de Saint-Aubin-sur-Mer

Muséomix, La fabrique de patrimoine en Normandie – Vieux la Romaine
Un marathon créatif connecté rassemblant des participants aux profils variés au coeur d’un musée. L’occasion pour le musée de
Vieux la Romaine de s’ouvrir aux pratiques émergentes de co-création avec les
publics.
Parc de la Baronnie de Douvres la Délivrande : près de l’église Saint Rémi, la Baronnie comprend aujourd’hui dans un espace clos d’environ trois hectares : deux logis, les vestiges d’une chapelle et des dépendances plus récentes
Un verger à la place des anciens espaces verts en projet à Bretteville sur Laize
« Lectures dans les jardins » à Fontenay le Marmion : depuis 6 ans, organisé par l’association Plaine de vie, le festival « Lectures dans les jardins »dans des jardins privés, appartenant à des particuliers.
Jardin conservatoire de Saint-Pierre sur Dives : un jardin – musée, qui présente plus de 450 espèces et variétés de fleurs et de légumes traditionnellement cultivés en Pays d’Auge.

Jardin conservatoire de Maltot, animé par l’Association du verger de sauvegarde.

Bois de l’an 2000 de Solliers : situé à l’entrée de Soliers, aménagé pour les promeneurs et comporte de nombreux jeux pour les enfants.
Le drive fermier de Maltot : une toute nouvelle formule pour consommer des produits vraiment locaux et de qualité, grâce à une douzaine de producteurs, réunis par l’association Bienvenue à la ferme
La Cueillette de Cagny : un grand jardin dans lequel venir cueillir des fruits et légumes en famille, sans rendez vous.
Création d’un éco-domaine aux jardins du Londel à Bieville Beuville. Le projet présente plusieurs objectifs : produire et vendre en circuits courts des aliments de qualité ; expérimenter des techniques de production écologiquement intenses pour les diffuser ; développer les capacités d’accueil et de rencontres humaines du site du Londel pour des publics variés ; …
RESPIRE – Ressourcerie d’Economie Solidaire Par l’Insertion et le Respect Environnemental : L’association Travail Emploi Formation du Cingala créé une ressourcerie D3E (déchets d’équipements électriques et électroniques) sur la commune de Bretteville-sur-Laize.
Penser de nouveaux services multifonctionnels Créa’bus 2.0 : Depuis 2012, la compagnie CREA s’est dotée d’une salle de
spectacles itinérante. Cet outil permet d’aller au-devant de publics éloignés
géographiquement et/ou socialement des salles de spectacles conventionnelles.
Un opticien itinérant dans maisons de retraites, chez les particuliers et dans les salles polyvalente. Commande des lunettes puis livraison à domicile. Société « votre opticien à Domicile » dans le Calvados, la Manche et l’Orne
Mobilités Permis citoyen mis en place par l’autoécole et la mairie de Bretteville sur Laize
Electromobilité pour l’EPN Val es Dunes : La CDC assure un Espace Public Numérique nomade. Cette activité propose une formation à l’informatique et aux nouvelles technologies de la communication.
Autopartage à Tinchebray Bocage : des automobiles électriques en libre service
Aire de covoiturage Marestier : 16 places  et aménagement d’une piste cyclable bi-directionnelle à Ouistreham. Cette piste cyclable fait  partie d’un projet plus large, dit d’aménagement de boucles cyclopédestres à visée touristique, mémorielle et culturelle.
Cyclo-bus scolaire « S’cool bus » à Louviers (trois véhicules de 15 places sur 15km) : la collectivité normande située dans l’Eure, au sud de Rouen, est la première en France à financer des cyclo-bus scolaires permettant à une trentaine d’enfants du primaire d’aller à l’école et d’en revenir en pédalant, sans polluer.

Newsletter : retour sur l’atelier 2

LIRE LA NEWSLETTER

Voici en quelques pages les éléments produits pendant l’atelier 2, mené le 6 juillet dernier à Maltot. Vous y trouverez :

  • des lectures historiques sur l’évolution des usages dans le périurbain autour de Caen,
  • des comparaisons de cartes anciennes,
  • des réponses aux défis pour mieux vivre ensemble,
  • des éléments de débat sur ce que veulent dire « croissance » et « développement » pour les territoires
  • des pistes de projets concrets à tester rapidement avec le panel citoyen

Une newsletter concoctée avec soin par Camille Kowalski de la DDTM Calvados.

 

Retour sur notre méthode : pourquoi des « coups de sonde »?

Notre équipe a choisi de réaliser quelques « coups de sonde » préalables à l’animation des ateliers de travail avec les partenaires de la démarche. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Tout d’abord, c’est une méthode active de découverte du territoire : difficile de tenir un propos sur des lieux sans les connaître. Discuter, observer et photographier des lieux et ceux qui les fréquentent sont d’utiles moyens de connaissance.

Mais au-delà de cette découverte, cette méthode se révèle féconde pour la démarche collective. Elle permet de s’éloigner de l’individu « moyen » qui, nous le savons bien, n’existe que dans les statistiques. Pour les territoires périurbains, quelle est cette figure « moyenne » ? C’est le couple, avec enfants, qui rembourse son logement tout en travaillant dans le centre-ville. Nous en avons rencontré bien sûr … mais comment les résumer à ces seules caractéristiques qui nous disent peu de leur manière de vivre le territoire ? Par ailleurs, nous avons aussi rencontré des retraités, des couples sans enfants, des couples divorcées, des salariés qui ne travaillent pas dans la ville voisine, des adolescents, des célibataires, des veuves, des adultes en colocation,…

Bref, les coups de sonde sont là pour nous rappeler la diversité des visages, des aspirations et des parcours des habitants. Nous avons donc fait notre le projet du sociologue Pierre Rosanvallon de « raconter la vie ». Dans une société où les statistiques sont si développées et où les rapports administratifs et techniques sont utilement nombreux, n’est-ce pas l’observation attentive et empathique des propos de nos contemporains qui permet aussi de révéler, de manière concrète, notre manière de vivre ensemble ?

Quelle méthode pour sélectionner ces paroles? L’espace périurbain ne manque pas d’études sociologiques poussée ni d’investigations approfondies (voir les ressources du Lab périurbain). Nous nous sommes appuyés sur les résultats de ces travaux, pour chercher quelques figures qui les confirment ou, au contraire, conduisent, par petites touches, à les reconsidérer. Notre méthode est donc celle d’une « dérive raisonnée ». Dérive car les rencontres sont toujours le fruit d’un hasard. Raisonnée car notre méthode s’appuie sur une solide appropriation préalable d’un large corpus d’études et de recherches sur les dynamiques sociales des espaces périurbains.

Que retenir de tous ces coups de sonde ? Disons-le tout net : nous gardons quelques analyses pour mettre en perspective les échanges des ateliers à venir. Et puis, n’est-ce pas à vous, chers lecteurs, de réagir sur les paroles recueillies, de nous proposer les informations essentielles à retenir ? Ces quelques coups de sonde confirment-ils vos sentiments ou vos idées ? Serez-vous, comme nous, surpris par les pratiques de l’espace public qu’ils révèlent et l’imaginaire territorial qu’ils expriment ? N’hésitez pas à réagir ici !

1-2-3 mars : à la rencontre des habitants

Les 1, 2 et 3 mars prochain, toute l’équipe se rend dans les communes pilotes pour creuser les thématiques sélectionnées pendant l’atelier de lancement.

Pendant ces 3 jours, l’équipe effectuera :

  • des entretiens avec un ou des élus des communes concernées en les interrogeant sur le mode du jeu Qui est-ce? afin qu’ils nous aident à identifier les acteurs intéressants à rencontrer
  • des discussions avec des intermédiaires (coiffeurs / taxis / infirmiers / médecins / secrétaires de marie / …) capables de parler d’eux mais aussi de se faire l’écho de la multiplicité des pratiques qu’ils observent
  • des discussions avec les habitants (au supermarché, café, quartier, marché, parc, sortie d’école, …), dans des lieux à déterminer en partant de la problématique ciblée
  • de l’observation des usages

 

Objectifs de ces trois jours : 

  • mieux comprendre les attentes des élus
  • alimenter les pistes problématiques sur chaque thématique (mobilités, habitat, espaces publics, services et commerces, agriculture et paysages)
  • comprendre la diversité des publics et leurs besoins, détecter des usages « discrets » du périurbain
  • commencer à repérer des bonnes pratiques collectives

Les résultats de ces trois jours figurent dans l’onglet Paroles

Quatre « grappes » de territoires exploratoires

Pendant l’atelier de lancement, 4 « grappes » de territoires volontaires pour explorer les thèmes ont été proposées :

Grappe 1 : Cagny / Soliers / Tilly la Campagne / Breteville-sur Laize

Grappe 2 : Rots/ Secqueville/ Lasson / Thaon

Grappe 3 : Luc-sur-mer / Lion-sur-mer / Hermanville-sur-mer/ Douvres-la-Délivrande

Grappe 4 : Esquay-notre-Dame / Evrecy / Maltot

Ces communes sont désormais « exploratoires » pour explorer des problématiques qui concernent toutes les communes périurbaines : les mobilités, l’habitat, l’agriculture, les services et les commerces, les espaces publics et lieux de convivialité.

Toutes les autres communes de l’aire urbaine de Caen pourront se référer à la grappe qui les intéresse, en fonction de la thématique qu’elles souhaitent approfondir. Par exemple, la commune de Falaise pourra se référer aux problématiques traitées sur Douvres-la-Délivrande, petit pôle urbain de plus de 3 000 habitants.

Sur chacune des grappes, une thématique sera particulièrement creusée :

Grappe 1 : Cagny – Soliers – Tilly la Campagne – Breteville sur Laize

Thématique dominante = agriculture / paysage

Grappe 2 : Rots-Secqueville-Lasson et Thaon

Thématique dominante = habitat

Grappe 3 : Luc-sur-Mer – Lion-sur-Mer – Hermanville-sur-Mer – Douvres-la-Délivrande

Thématique dominante = espaces publics et lieux de convivialité

Grappe 4 : Esquay-notre-Dame – Evrecy – Maltot

Thématique dominante = services et commerces

 

La thématique des mobilités étant considérée comme transversale à chacune des grappes.

Le groupement rencontrera les maires de ces communes et partira à la rencontre des habitants début mars!

Questionnaire : quel périurbain êtes vous ?

Pour préparer le séminaire de lancement du 30 janvier 2017, l’équipe a envoyé aux invités un petit questionnaire afin de comprendre comment ils appréhendaient la question du mieux vivre ensemble dans le périurbain.

Quelles sont, selon vous, les principales caractéristiques de la vie périurbaine ?

  • les trajets (24 réponses)
  • la maison individuelle (23 réponses)
  • la vie locale et le voisinage (15 réponses)
  • la vie familiale (10 réponses)
  • le jardin (7 réponses)

Qu’est ce qui fait qu’on « vit bien ensemble » dans votre commune? 

les réponses majoritaires sont :

  • la vie associative
  • la taille de la commune
  • la qualité urbaine
  • le paysage

Quelle politique publique manque-t-il pour mieux vivre dans le périurbain?

La plupart des réponses plébiscitent :

  • Une politique des transports et des mobilités
  • Une politique commerciale pour animer la vie locale
  • Une politique de la sécurité
  • Des services et une politique culturelle
  • Une politique d’aménagement

Vous êtes plutôt urbain ? rural ? Périurbain ? 

La grande majorité des répondants se considère comme étant « périurbains ». C’est donc que ce terme, utilisé majoritairement en aménagement, correspond aussi à un élément identitaire.

Séminaire de lancement : lundi 30 janvier

Lundi 30 janvier au PAVILLON de la Presqu’île de Caen, nous lançons officiellement la démarche auprès des élus du territoire. Au programme : la sélection des communes volontaires pour participer à la démarche et le choix des thématiques.

Cette session aura lieu en présence de Sonia de la Provoté, Présidente de Caen Normandie Métropole et de Stéphane Guyon, Secrétaire Général de la Préfecture du Calvados.