Articles

Newsletter : retour sur l’atelier 2

LIRE LA NEWSLETTER

Voici en quelques pages les éléments produits pendant l’atelier 2, mené le 6 juillet dernier à Maltot. Vous y trouverez :

  • des lectures historiques sur l’évolution des usages dans le périurbain autour de Caen,
  • des comparaisons de cartes anciennes,
  • des réponses aux défis pour mieux vivre ensemble,
  • des éléments de débat sur ce que veulent dire « croissance » et « développement » pour les territoires
  • des pistes de projets concrets à tester rapidement avec le panel citoyen

Une newsletter concoctée avec soin par Camille Kowalski de la DDTM Calvados.

 

Retour sur notre méthode : pourquoi des « coups de sonde »?

Notre équipe a choisi de réaliser quelques « coups de sonde » préalables à l’animation des ateliers de travail avec les partenaires de la démarche. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Tout d’abord, c’est une méthode active de découverte du territoire : difficile de tenir un propos sur des lieux sans les connaître. Discuter, observer et photographier des lieux et ceux qui les fréquentent sont d’utiles moyens de connaissance.

Mais au-delà de cette découverte, cette méthode se révèle féconde pour la démarche collective. Elle permet de s’éloigner de l’individu « moyen » qui, nous le savons bien, n’existe que dans les statistiques. Pour les territoires périurbains, quelle est cette figure « moyenne » ? C’est le couple, avec enfants, qui rembourse son logement tout en travaillant dans le centre-ville. Nous en avons rencontré bien sûr … mais comment les résumer à ces seules caractéristiques qui nous disent peu de leur manière de vivre le territoire ? Par ailleurs, nous avons aussi rencontré des retraités, des couples sans enfants, des couples divorcées, des salariés qui ne travaillent pas dans la ville voisine, des adolescents, des célibataires, des veuves, des adultes en colocation,…

Bref, les coups de sonde sont là pour nous rappeler la diversité des visages, des aspirations et des parcours des habitants. Nous avons donc fait notre le projet du sociologue Pierre Rosanvallon de « raconter la vie ». Dans une société où les statistiques sont si développées et où les rapports administratifs et techniques sont utilement nombreux, n’est-ce pas l’observation attentive et empathique des propos de nos contemporains qui permet aussi de révéler, de manière concrète, notre manière de vivre ensemble ?

Quelle méthode pour sélectionner ces paroles? L’espace périurbain ne manque pas d’études sociologiques poussée ni d’investigations approfondies (voir les ressources du Lab périurbain). Nous nous sommes appuyés sur les résultats de ces travaux, pour chercher quelques figures qui les confirment ou, au contraire, conduisent, par petites touches, à les reconsidérer. Notre méthode est donc celle d’une « dérive raisonnée ». Dérive car les rencontres sont toujours le fruit d’un hasard. Raisonnée car notre méthode s’appuie sur une solide appropriation préalable d’un large corpus d’études et de recherches sur les dynamiques sociales des espaces périurbains.

Que retenir de tous ces coups de sonde ? Disons-le tout net : nous gardons quelques analyses pour mettre en perspective les échanges des ateliers à venir. Et puis, n’est-ce pas à vous, chers lecteurs, de réagir sur les paroles recueillies, de nous proposer les informations essentielles à retenir ? Ces quelques coups de sonde confirment-ils vos sentiments ou vos idées ? Serez-vous, comme nous, surpris par les pratiques de l’espace public qu’ils révèlent et l’imaginaire territorial qu’ils expriment ? N’hésitez pas à réagir ici !

Quatre « grappes » de territoires exploratoires

Pendant l’atelier de lancement, 4 « grappes » de territoires volontaires pour explorer les thèmes ont été proposées :

Grappe 1 : Cagny / Soliers / Tilly la Campagne / Breteville-sur Laize

Grappe 2 : Rots/ Secqueville/ Lasson / Thaon

Grappe 3 : Luc-sur-mer / Lion-sur-mer / Hermanville-sur-mer/ Douvres-la-Délivrande

Grappe 4 : Esquay-notre-Dame / Evrecy / Maltot

Ces communes sont désormais « exploratoires » pour explorer des problématiques qui concernent toutes les communes périurbaines : les mobilités, l’habitat, l’agriculture, les services et les commerces, les espaces publics et lieux de convivialité.

Toutes les autres communes de l’aire urbaine de Caen pourront se référer à la grappe qui les intéresse, en fonction de la thématique qu’elles souhaitent approfondir. Par exemple, la commune de Falaise pourra se référer aux problématiques traitées sur Douvres-la-Délivrande, petit pôle urbain de plus de 3 000 habitants.

Sur chacune des grappes, une thématique sera particulièrement creusée :

Grappe 1 : Cagny – Soliers – Tilly la Campagne – Breteville sur Laize

Thématique dominante = agriculture / paysage

Grappe 2 : Rots-Secqueville-Lasson et Thaon

Thématique dominante = habitat

Grappe 3 : Luc-sur-Mer – Lion-sur-Mer – Hermanville-sur-Mer – Douvres-la-Délivrande

Thématique dominante = espaces publics et lieux de convivialité

Grappe 4 : Esquay-notre-Dame – Evrecy – Maltot

Thématique dominante = services et commerces

 

La thématique des mobilités étant considérée comme transversale à chacune des grappes.

Le groupement rencontrera les maires de ces communes et partira à la rencontre des habitants début mars!

Questionnaire : quel périurbain êtes vous ?

Pour préparer le séminaire de lancement du 30 janvier 2017, l’équipe a envoyé aux invités un petit questionnaire afin de comprendre comment ils appréhendaient la question du mieux vivre ensemble dans le périurbain.

Quelles sont, selon vous, les principales caractéristiques de la vie périurbaine ?

  • les trajets (24 réponses)
  • la maison individuelle (23 réponses)
  • la vie locale et le voisinage (15 réponses)
  • la vie familiale (10 réponses)
  • le jardin (7 réponses)

Qu’est ce qui fait qu’on « vit bien ensemble » dans votre commune? 

les réponses majoritaires sont :

  • la vie associative
  • la taille de la commune
  • la qualité urbaine
  • le paysage

Quelle politique publique manque-t-il pour mieux vivre dans le périurbain?

La plupart des réponses plébiscitent :

  • Une politique des transports et des mobilités
  • Une politique commerciale pour animer la vie locale
  • Une politique de la sécurité
  • Des services et une politique culturelle
  • Une politique d’aménagement

Vous êtes plutôt urbain ? rural ? Périurbain ? 

La grande majorité des répondants se considère comme étant « périurbains ». C’est donc que ce terme, utilisé majoritairement en aménagement, correspond aussi à un élément identitaire.

Séminaire de lancement : lundi 30 janvier

Lundi 30 janvier au PAVILLON de la Presqu’île de Caen, nous lançons officiellement la démarche auprès des élus du territoire. Au programme : la sélection des communes volontaires pour participer à la démarche et le choix des thématiques.

Cette session aura lieu en présence de Sonia de la Provoté, Présidente de Caen Normandie Métropole et de Stéphane Guyon, Secrétaire Général de la Préfecture du Calvados.