Retour sur le séminaire de lancement

Le 30 janvier dernier, près de 60 acteurs (majoritairement des élus, mais aussi des représentants de l’Etat, des aménageurs, des universitaires, …) se sont réunis toute la matinée au Pavillon de Caen pour le lancement de la démarche de l’Atelier.

La matinée s’est déroulée en deux temps :

  1. un premier temps de travail en sous-groupes pour déterminer les problématiques à prioriser lors de la démarche
  2. un second pour arrêter les communes volontaires pour piloter la démarche, et celles qui pourraient les accompagner.

 

Voici quelques verbatims issus des échanges sur les thématiques prioritaires :

A propos des mobilités :

  • l’importance des temps de trajet,
  • l’évolution des besoins,
  • l’évolution des pratiques …

« Les temps de déplacement peuvent être réduits, aménagés ou pensés plus intelligemment… en intégrant les différents trajets d’une même famille, les temporalités, les usages du véhicule, … »

« Comment mettre en système les différentes alternatives à la voiture ? »

« Les déplacements à 4 ou 5 km sont les plus compliqués à effectuer : en vélo c’est souvent dangereux, à pied c’est souvent peu agréable, et il existe souvent peu d’alternatives collectives. »

« Comment créer un désir de mobilités actives ? »

« Un espace de sociabilités peu pensé : le parking ! »

« Comment penser la mobilité pour tous les « hors-auto » : les adolescents, les gens qui n’ont pas le permis, ceux qui ne peuvent plus prendre la voiture pour des raisons d’âge ou de santé, ceux pour qui elle représente un coût trop lourd… »

A propos de l’habitat :

  • les différentes typologies de logements
  • l’adaptabilité aux différents âges de la vie
  • le vieillissement du bâti

 « Le périurbain au-delà des lotissements, ce sont aussi des formes de bâti qui vieillissent »

« Nous sommes confrontés à deux types de rythmes : des ménages pour viennent et repartent rapidement, et des personnes qui restent toute leur vie dans la même commune, dans la même maison.»

« Les personnes qui vieillissent dans leur logement ont des besoins spécifiques. Les femmes âgées seules se retrouvent dans des maisons configurées pour des familles. Elles peuvent avoir peur la nuit, etc. »

A propos de l’agriculture:

  • les conflits d’usage,
  • le devenir des fermes en cœur de bourg,
  • l’activation de l’agriculture

 « Nous devons replacer le rapport aux terres agricoles au centre. Elles sont productives, porteuses d’une identité et même porte d’entrée pour développer le lien social »

 A propos des services et des commerces : 

  • les commerces,
  • les équipements publics (scolaires et petite enfance, culturels),
  • la vie associative (sportives, culturelles, …)

 « De nombreux équipements sont sous-fréquentés. Parfois il y a de vraies barrières sociales et culturelles entre les différents publics. Certains ménages n’envoient pas leurs enfants à la bibliothèque, ne vont jamais au marché, et puis d’autres n’auront jamais le reflex d’aller voir des spectacles dans les salles locales. »

« En termes culturel il existe un effet de seuil : il faut proposer des programmations qui parlent au plus grand nombre pour que quelques personnes viennent. »

« Il faut travailler sur la question des proximités »

A propos des espaces publics:

  • polyvalence, ouverture aux usages
  • lien entre quartiers monofonctionnels

 « Le défi du périurbain est de devoir fournir à la fois des espaces privés, individuels et des espaces publics collectifs de qualité »

«  Ce qu’on doit penser c’est l’ergonomie du périurbain »

« Comment (a)ménager le lien social ? Faut-il toujours chercher à faire en sortes que les gens se retrouvent ?»

De premiers échanges riches !

Séminaire de lancement : lundi 30 janvier

Lundi 30 janvier au PAVILLON de la Presqu’île de Caen, nous lançons officiellement la démarche auprès des élus du territoire. Au programme : la sélection des communes volontaires pour participer à la démarche et le choix des thématiques.

Cette session aura lieu en présence de Sonia de la Provoté, Présidente de Caen Normandie Métropole et de Stéphane Guyon, Secrétaire Général de la Préfecture du Calvados.